UNE FOURCHETTE AU JARDIN


Me revoilà !

Le jardin à Pâques
Album : Le jardin à Pâques

5 images
Voir l'album
J’imagine les commentaires…Elle fait un blog, ça commence pas trop mal, et zou ! Plus rien !

Alors j’arrive, j’arrive, je m’y remets. Bon, je suis partie en vacances à Pâques, et moi, quand je suis en vacances, je n’ai pas d’ordinateur, pas de portable, juste mon appareil photo pour immortaliser la bouille pleine de chocolat de mon loulou, qui a l’air d’apprécier cette tradition des cocottes, oeufs et autres bêbêtes en chocolat…D’ailleurs, malgré la pluie qui nous attendait chez papy et mamy en Dordogne, les cloches ont quand même réussi à déposer leurs petites boites enrubannées dans le jardin, au milieu des rosiers qui commencaient à fleurir, des pivoines en boutons, et des lilas déjà fanés mais qui exhalaient encore leur délicieuse odeur sucrée…

Cette région a dû être bénie par le dieu des jardiniers, non seulement tout pousse, tout prend racine de façon presque magique, mais en plus les plantes atteignent des proportions que moi, pauvre jardinière de la région parisienne, je n’arriverai jamais à obtenir. Le pire, c’est que des plantes qui vous sont vendues une petite fortune chez trufaut et autres jardineries, poussent la-bas de façon tout à fait naturelle dans les talus : des pulmonaires magnifiques, au feuillage moucheté de crème, aux fleurs mauves, roses ou bleues, et des euphorbes au vert acidulé si frais…Alors j’en ai ramené quelques unes, que j’ai aussitôt repiquées dans le jardin, et copieusement arrosées…3 semaines après elles semblent bien installées, elles se sont redressées, j’espère qu’elles se multiplieront d’année en année. J’ai également ramené quelques tiges de pourpier vivace, la-bas il s’étale partout dans les rocailles, les allées gravillonnées, il colonise le moindre espace, avec des avantages intéressants: il n’a pas besoin de terre riche, ne nécessite pas ou peu d’arrosage, et s’étend un peu plus chaque année. Je n’ai plus qu’à attendre !

La patience est une vertu que tout jardinier doit cultiver. Je ne sais plus qui a dit ça, mais c’est  tellement vrai ! 

 


Coco fêlé !

Pour bien cuire les oeufs coque, il faut penser à les sortir du réfrigérateur à l’avance, pour qu’ils soient  température ambiante, tout le monde sait cela. Sauf que quand ma fille me réclame un oeuf coque à l’improviste, c’est fichu pour la mise en condition de notre oeuf…Il suffit de quelques gouttes de jus de citron ajoutées dans l’eau en ébullition avant d’y plonger l’oeuf, et hop, il ne se casse pas ! Cocorico !


Odeurs de chou…

Le chou-fleur, les brocolis, les choux de bruxelles, c’est délicieux tout ça, mais leur cuisson dégage des odeurs fortes et tenaces. Pour atténuer ça, il suffit de placer un morceau de pain rassis au fond de votre cocotte minute avant de les faire cuire à la vapeur. Evidemment, ça sent le chou, mais en bien moins désagréable !


Triple champion du monde |
Licoeur |
mgrizard |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | bouchane
|
| Commerciaux du Sud-Ouest